Événements

Témoignage de M. Maxime Arseneau, président d’honneur de la Marche pour l’Alzheimer aux Îles-de-la-Madeleine

Mai 2021.

Lorsque l’on décide de s’impliquer dans une quelconque organisation, il faut le faire avec enthousiasme, autrement notre contribution risque de s’avérer marginale. Alors, pour générer la somme d’énergie nécessaire à une action signifiante, on cherche à additionner les motivations qui amplifieront notre efficacité!

Il y a déjà quelques années, lorsque l’on sollicita ma candidature à la présidence d’honneur de la campagne de financement  des Îles, de la Société d’Alzheimer de la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine, je ne mis que quelques instants à compléter cet exercice; tellement les raisons valables et évidentes se bousculaient dans ma tête, comme dans mon cœur! Aujourd’hui, je jette un regard vers l’arrière, non pas pour faire un bilan strictement comptable, mais pour évaluer le chemin parcouru, questionner la pertinence de ce geste, de mon implication…

Hé bien, du point de vue des résultats  de ces campagnes pour les Îles,  grâce en grande partie à l’implication d’une quantité de bénévoles efficaces, les chiffres sont probants! Malgré, la pandémie et ses limitations, les succès de l’an dernier furent inespérés! Mais, qu’en est-il des motivations personnelles, qu’ai-je retenu des cette expérience? Pourquoi maintenir mon association à cette cause?

À l’époque, je sortais d’une expérience enrichissante mais combien troublante s’étant étirée sur une décennie, pendant laquelle j’avais assisté impuissant à la noyade, à l’anéantissement lent et inexorable des capacités intellectuelles de l’homme que j’avais le plus admiré au monde! Je savais à quel point cette terrible maladie au nom compliqué avait bouleversé la vie de ma mère, comme celles de tous les membres de notre famille. Nous avions jadis été témoins de ces tantes «retombées en enfance», mais ces réalités étaient demeurées pour moi   anecdotiques, associées à la vieillesse.

 

Là, notre impuissance était désarmante! Depuis ce temps ma sœur cadette, celle qui me suivait nous a quitté depuis quelques années, atteinte d’Alzheimer. Il y a tout juste un an, la sœur de mon père est aussi décédée de cette maladie… Autour de moi, le nombre de personnes atteintes de ses tangentes s’accumulent et la détresse des proches aidants est toujours la même. Les moyens mis à leur disposition, comme les soins adaptés à ces personnes, déficients! J’ai constaté aussi que les gens ayant un proche touché  sont à la recherche de soutien, de conseils, de moyens. Je reçois personnellement des appels…

Comme les sommes ramassées aux Îles sont entièrement affectées aux services que rend la SAGIM sur notre territoire, je sollicite votre contribution : à vous marcheurs d’élites, citoyens, entreprises.

Marchez avec nous! Il s’agit véritablement d’une marche, d’un geste digne de mémoire! Un choix éclairé pour repousser la solitude, la noirceur…

 

Maxime Arseneau