Le quotidien de Jérémie Pelletier, intervenant au point de service de la Haute-Gaspésie

Afin d’illustrer une partie du travail effectué à la SAGÎM, nous vous présentons un exemple type rencontré par les Jérémie Pelletier, c’est-à-dire le cas des personnes qui vivent avec des troubles neurodégénératifs et qui vivent seules à domicile. Le texte ici a été rédigé par Jérémie Pelletier lui même.

De nos jours, il est fréquent de voir les familles gaspésiennes et madeliniennes dispersées sur le territoire Québécois. Les enfants quittant leurs régions afin de trouver du travail en ville est l’une des tendances que l’on constate depuis plusieurs décennies sur le territoire de la Haute-Gaspésie.

Lorsqu’un proche tombe malade, le soutien familial devient d’autant plus complexe que les kilomètres qui séparent les personnes. Savoir qu’un proche atteint d’une maladie neurodégénérative vit seul à son domicile peut être une source d’inquiétudes et d’angoisse pour les proches. Malheureusement, c’est une situation que vive mainte personne dans notre région.   

Un service offert par la SAGIM consiste à visiter de façon périodique les personnes atteintes d’une maladie cognitive qui vivent seules. Dans un premier temps, cette démarche permet de briser l’isolement que ces personnes peuvent vive et ainsi faire des activités qui leur permettent de stimuler davantage leur esprit et leur corps.

Dans un deuxième temps, cela permet d’effectuer un suivi et d’observer l’état de santé physique et cognitive de la personne ainsi que de son niveau d’autonomie.  Notons que dans le cas de la Haute-Gaspésie, l’intervenant en question est un infirmier, ce qui facilite grandement son observation. L’intervenant peut alors faire part de ses observations aux personnes concernées  (familles, mais également partenaires du réseau de la santé) lorsqu’une détérioration est observée. L’intervenant offre ainsi un suivi téléphonique avec le proche aidant lui laissant un compte-rendu de ses interventions et observations. Le proche peut ainsi avoir des nouvelles de la personne atteinte qui émane d’une tierce personne.

Une telle approche est particulièrement appréciée des proches aidants, car elle amène un sentiment de sécurité et permet d’adapter l’environnement de la personne atteinte au fur et à mesure que les défis se présentent. Ce soutien permet de faciliter le maintien à domicile tout en assurant un soutien aux proches aidants qui doivent composer avec la distance.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑